Football : Mohamed Salah, “Superstar” des Égyptiens

Football : Mohamed Salah, “Superstar” des Égyptiens

0

Élu Ballon d’Or africain 2018 lors des CAF Awards, le footballeur Égyptien Mohamed Salah est aussi la nouvelle icone de son pays.

Ses buts avec Liverpool, son influence dans le jeu de la sélection nationale égyptienne, son engagement caritatif, sa simplicité et son humilité… Mohamed Salah n’a que 26 ans, mais il est – et de loin – l’homme le plus populaire d’Égypte, et pas seulement parce qu’il est aujourd’hui l’un des meilleurs footballeurs du monde.

L’année dernière, l’attaquant des Pharaons a franchi un cap, même si aucun trophée collectif n’est venu enrichir son palmarès. Mais il a marqué beaucoup de buts avec Liverpool, s’offrant même le titre de meilleur buteur de la Premier League 2017-2018 avec 32 réalisations. Et il a contribué sa sélection à se qualifier pour la CAN 2019. La sélection est très dépendante de lui. D’ailleurs, cette situation devrait perdurer et les autres joueurs de l’équipe l’acceptent volontiers, car ils savent que Salah est une force supplémentaire. Et malgré son statut, c’est quelqu’un qui ne tire pas la couverture à lui », résume Patrice Carteron.

Football : Mohamed Salah, “Superstar” des Égyptiens

Mohamed Salah né à Al-Nagrig, à une centaine de kilomètres du Caire, avait un père lui-même ancien footballeur, et réputé très dur avec ses enfants. « Il a fait plusieurs essais dans plusieurs clubs, et il a finalement signé une licence à Arab Contractors, un club du Caire. Pendant des années, il faisait l’aller-retour entre son village et Le Caire pour s’entraîner, pour jouer. C’était dur, mais son père le poussait à continuer, car il savait qu’il avait du talent », explique Ahmad Hassan, un ancien dirigeant du club d’Ismaïly.

En 2010, alors qu’il est âgé de seulement 17 ans, Salah effectue ses débuts en Ligue 1, attirant l’attention d’Al-Ahly et de Zamalek, les deux mastodontes du Caire. « Ils ont voulu l’acheter, mais les dirigeants d’Arab Contractors n’ont jamais voulu le vendre à un de ces deux clubs », poursuit Ahmad Hassan.

Bâle plutôt qu’Al-Ahly ou Zamalek

Ce sera finalement le club suisse du FC Bâle qui parviendra à convaincre les décideurs cairotes, moyennant un chèque de 2,5 M€, de laisser partir leur jeune prodige. Révélé en Suisse, transféré à Chelsea, prêté à la Forentina puis à l’AS Roma avant d’être transféré dans le club de la capitale Italienne où Liverpool consent à débourser 42 Me (+ 8 M€ de bonus) pour s’offrir en juin 2017 le buteur Égyptien, auteur d’une brillante saison en Italie (19 buts et 16 passes décisives toutes compétitions confondues.

« C’est à Liverpool qu’il a vraiment pris une dimension supplémentaire, dans une équipe offensive. Les matchs des  »Reds » sont presque aussi suivis que ceux des Pharaons », note Carteron, alors que Salah permet à l’Égypte de se hisser en finale de la CAN 2017 au Gabon face au Cameroun (1-2).Très impliqué dans sa ville natale.

Salah est aussi un personnage dont la notoriété dépasse assez largement le strict cadre sportif. Lors de la dernière élection présidentielle, environ un million d’Égyptiens ont donné leur voix au joueur, qui n’était évidemment pas candidat.

Loading…

Source

About author