La BAD réunit les grandes institutions de l’Afrique centrale au Gabon pour dialoguer sur le secteur financier

La BAD réunit les grandes institutions de l’Afrique centrale au Gabon pour dialoguer sur le secteur financier

0

Ce mardi 29 janvier 2019 s’est ouvert à Libreville, la troisième édition de la série de dialogues sur le secteur financier de l’Afrique centrale. Cette réunion conjointement organisée par  la Banque Africaine de Développement (BAD) et la Making Finance Work for Africa (MFW4A) ayant pour thème « Accélérer le développement et l’intégration du secteur financier de l’Afrique centrale » se tiendra sur deux jours.

Cette rencontre, à laquelle prennent part le vice-président de la Banque de développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC) Marcel Ondele, le secrétaire général de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) Désiré Guedon, le secrétaire d’Etat aux Finances et au budget de la République du Tchad Ahmat Alkhoudar Ali Fadel et le directeur du PIFD-BAD Stefan Nalletamby, a pour but d’identifier les obstacles au développement du secteur financier régional tout en proposant des solutions qui permettent pleinement de catalyser la croissance au niveau régional.

La rencontre de Libreville s’articule autour de quatre principaux objectifs  notamment, l’élaboration du point sur l’état actuel des réformes en cours dans le secteur financier de l’Afrique centrale; l’identification des domaines d’actions prioritaires et instruments innovants à travers lesquels les institutions de financement du développement peuvent renforcer leurs contributions en vue d’un meilleur financement de l’économie réelle dans la région; L’adoption d’une feuille de route commune pour de nouvelles initiatives en faveur du développement du secteur financier régional et l’intégration de ces initiatives dans les stratégies et programmes des institutions et de développement régionales et internationales y compris la BAD.

S’exprimant au cours de cette cérémonie d’ouverture, le directeur du département du développement du secteur financier à la BAD Stefan Nalletamby a pointé du doigt le déficit de financement des objectifs de développement durable en Afrique qui selon lui nécessitent « des investissements de l’ordre de 600 à 650 milliards de dollars  par an », a-t-il précisé. « Le déficit de financement est estimées à 200 milliards de dollars, dont plus de la moitié exclusivement réservée au secteur des infrastructures. Face aux enjeux, les systèmes financiers africains sont généralement étroits et sous- développés par rapport aux autres régions en développement », a-t-il poursuivi.

Loading…

Source

About author